Au préambule, « La foire aux vins » a été crée en 1973 par un propriétaire d’un centre Leclerc.

Si tenté que nous sommes séduits par le concept de la foire aux vins, nous ne sommes pas pour autant obligé d’y prendre part. Les bonnes affaires ne sont pas forcément celles en tête de gondole. Ainsi, mieux vaut connaître le guêpier dans lequel vous allez y mettre les deux pieds, les yeux et le porte monnaie !

Ce qu’il faut savoir avant tout :

- Seules les grandes exploitations peuvent produire des cuvées en quantité suffisante pour alimenter la grande distribution. Ce qui suppose qu’on écarte les petits vignerons au détriment des grandes maisons déjà bien établi. En me relisant, vous y sentez une pointe d’amertume (oui un peu) et pourtant n’y voyez aucun jugement mais un fait établi.

- Une bonne partie des vins que l’on trouve dans les foires aux vins sont des cuvées destinées uniquement pour la grande distribution. Et parfois vous pouvez retrouver des étiquettes qui peuvent vous suggérer l’original et pourtant c’est souvent une bien pâle copie. Les vins médaillés sont mis en avant pour une simple et bonne raison : Écouler les stock ! Nous avons clairement à faire à du quantitatif plutôt qu’à du qualitatif. D’ailleurs, nous pouvons retrouver sur les foires, tous les invendus de l’année, provenant de la grande surface elle même mais aussi des autres magasin de la chaîne.  Autant vous dire qu’entre le transport, le choc des températures et la conservation, nous pouvons difficilement croire que les bouteilles sont achetés dans les meilleures conditions.

-Si un bon nombre de flacons vous séduisent par leur prix (par exemple 6 bouteilles achetés, 6 bouteilles offertes) plus qu’attractif…Eh bien fuyez le plus loin possible. Les meilleures affaires se préparent en amont. Les grandes enseignes vous attirent par des grands crus classés du Bordelais à des prix franchement avantageux. Sachez le, ces nectars sont en quantité tellement négligeable, qu’il vous faudra plus que de la chance pour en trouver ne serais ce qu’une bouteille dans les méandres des rayons du vin.

Mon conseil: Privilégiez les cavistes de proximité (hors chaîne de type « Nicolas ») qui vous conseilleront, vous feront déguster à certaines occasions. Sur Par Amour Du Vin, je privilégie les artisans du vin, petits vignerons indépendants qui misent tous sur la qualité des vins plutôt que sur le marketing…

Si les fast-food sont considérés comme des restaurants il n’en reste pas moins que je préfère privilégier le restaurateur et son coup de main… Il en va de même pour les cavistes et les grandes surfaces…

A vous de choisir…

Œnologiquement,

Jean-Hugues Recour

www.paramourduvin.com